"Pour l’instant, je suis le seul..."

Article paru dans Vaucluse Matin / LeDauphiné.com , du vendredi 13 octobre 2017

Quelles différence entre le Requiem de Fauré, et ceux de Mozart ou Verdi ?

C’est une œuvre pleine de douceur et de sérénité. Dans l’espérance qu’il y a quelque chose après cette vie. Pourtant Gabriel Fauré n’est pas lui-même très croyant, mais il a commencé à composer son Requiem après la mort de ses parents. Dans la première version, il y avait très peu d’instruments. Son éditeur lui a demandé une orchestration plus conséquente ; on sortait de Wagner, on aimait les grands effectifs. Fauré n’aimait pas orchestrer, il s’est plié à la demande parce qu’il aimait particulièrement cette œuvre.

Le concert comporte aussi une œuvre de Caillebotte.

En parallèle, j’ai voulu proposer aussi une œuvre de Martial Caillebotte, le frère cadet du peintre Gustave. C’était des gens aisés, qui n’avaient ni le besoin, ni l’intention de vendre leur production. Martial était surtout connu comme photographe ; pourtant il avait des prix de conservatoire. Il a composé toute sa vie. Grâce à ses descendants j’ai eu accès à ses œuvres, et j’ai même enregistré deux CD. La Messe Ecce quam bonum a été composée en hommage à la fratrie. Le frère aîné des Caillebotte était curé de Notre-Dame-de-Lorette, église qu’il avait fait construire. Les trois frères partageaient aussi la passion de la voile. Même Tabarly s’est servi de leurs plans pour faire le Pen Duick IV !

Les descendants vous ont donné accès à ces œuvres. En avez-vous l’exclusivité ?

Pour l’instant, je suis le seul à m’y intéresser, mais je souhaite que d’autres le découvrent. C’est vraiment une porte intéressante pour les années 1880 environ. Il y a aussi une poème symphonique, un opéra...

Et le Cantique de Jean Racine, par lequel s’ouvrira le Concert ?

C’est une œuvre de jeunesse, quand Fauré était encore élève. Lui-même était organiste à l’église de la Madeleine, il composait beaucoup de motets. Son premier essai a été un de ses grands succès.

Vous allez diriger l’Orchestre Régional Avignon-Provence...

... que je connais bien. J’ai toujours beaucoup de plaisir à travailler avec cet orchestre. Nous avons même fait un disque ensemble il y a quelques années ; et cet été nous avons tourné ensemble.

Votre chœur sera au complet, comprenant aussi le Chœur Côte d’Azur ?
Oui, il comprend deux phalanges, l’une dans la région de Cannes-Nice, dirigée par Nicole Blanchi et l’autre autour d’Aix. Je dirigerai la formation complète.

Propos recueillis par Geneviève ALLENE-DEWULF